A l’achat d’une voiture, il n’y a pas que le prix du véhicule lui-même à considérer : vous devez inclure divers frais dans vos calculs, l’assurance n’étant pas des moindres ! 4 astuces pour faire baisser la facture.

1) Choisir la bonne voiture

Pour fixer les tarifs, les assureurs se basent sur les éléments qui présentent des risques, à savoir le coût des dégâts matériels en cas d’accident, de l’entretien, ou d’un vol. Autrement dit : un véhicule neuf et cher présente plus de risques qu’une voiture d’occasion bon marché. En optant pour une auto qui affiche déjà 100 000 kilomètres au compteur et dont la valeur sur le marché est considérée comme raisonnable, vous ferez donc baisser le montant de votre assurance. Un autre facteur a son importance : la motorisation. Là encore, c’est une question de risque. Une petite cylindrée vous reviendra moins cher.

2) Ajuster les garanties en fonction de vos besoins

Lors de la signature d'un contrat il est intéressant de vérifier de quelles garanties vous avez besoin. Une formule au tiers peut suffire, surtout si vous avez choisi une voiture qui n’a plus une grande valeur, mais attention, en cas d’accident responsable, les frais de réparation de votre véhicule vous reviendront, alors redoublez de prudence au volant ! Vous pouvez aussi opter pour un contrat au kilomètre, idéal pour ceux qui ne roulent pas beaucoup dans l’année. Autre astuce : vous assurer auprès de la même compagnie que pour votre assurance habitation, votre fidélité sera récompensée !

3) Ne pas déclarer les petits sinistres

Il y a un calcul à faire. Sachant qu’avec les systèmes de malus, le montant de votre assurance peut grimper en flèche lorsque vous êtes responsable d’un dégât, éviter de déclarer les accrocs minimes vous évitera une augmentation l’année suivante. Si vous cassez un phare ou un clignotant ou encore rayez de manière superficielle la carrosserie, mieux vaut faire réparer vous-même en prenant les frais à votre charge, sans passer par la case déclaration à l’assurance. Attention toutefois : ce n’est valable que pour les petits sinistres qui ne risquent pas de compromettre le bon fonctionnement et la sécurité de votre véhicule.

4) Jeunes conducteurs : passer par la conduite accompagnée

Le manque d’expérience et les risques qui vont avec sont l’une des principales craintes des assureurs. C’est pourquoi ils imposent souvent une surprime aux jeunes conducteurs pouvant s’élever à 50 % du tarif ! Or, le concept de la conduite accompagnée fait en sorte que, lorsque vous assurez votre première voiture, vous ayez déjà de l’expérience au volant, ayant conduit entre un et trois ans et parcouru au moins 3 000 kilomètres sous la supervision d’un accompagnateur. Vous serez ainsi considéré comme un conducteur moins « jeune » que quelqu’un qui viendrait de décrocher son permis sans passer par cette étape.
>  Voir toutes mes News